Partagez
 

 Le Couronnement (Édition 4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar






Le Couronnement (Édition 4) Empty
MessageSujet: Le Couronnement (Édition 4)   Le Couronnement (Édition 4) EmptySam 13 Juil - 20:40


Le muet arrive, en me donnant une tasse de café. J'en bois une gorgée, avant de la lui cracher à la figure. «Ton café est dégueulasse, petit idiot.» Sérieux, ces muets sont des vrais incompétents. «MA TAAAAAAAAAAAAAARTE!» Putain, ça fait une demie-heure que je l'ai demandée. Une jeune blonde arrive en courant, avant de trébucher et de s'étaler par terre comme une crêpe. Bordel de merde, quelle débile. Je me lève, avant de lui marcher sur la main avec mes talons. «Apprends à marcher, la prochaine fois.» De toute façon, on a besoin de ma magnifique présence autre part qu'avec ces abrutis.

Cette année, c'est le bisounours du Trois qui a gagné. Autant dire que c'est une vraie déception. Le gagnant est le mec qui a pleuré lorsque son petit allié du Cinq a été bouffé. Si triste... Pourquoi le carrière du Deux s'est suicidé? Non mais allô quoi. On a besoin d'un VRAI gagnant, un avec les boules, pas d'un geek pleurnichard. Vivement qu'un carrière gagne. Franchement, je ne suis pas là pour voir des gosses de pauvres pleurer pour leur sort. On a besoin de quelqu'un qui rétablisse l'honneur des riches. On va quand-même pas se laisser dépasser par des pauvres.

«Mesdames et messieurs, votre présentatrice préférée: PENELOPE VANDERSON!» Je rentre en scène, en saluant la public. Ils m'adorent. Tout le monde m'adore. Il n'y a personne, je dis personne, qui ne m'adore pas. Je souris de mes dents blanches comme la neige, et je vais m'asseoir dans un des deux fauteuils. Ils sont toujours aussi mauvais. Je dois en dire deux mots au responsable. «Bonjour peuple de Panem! Cette année l'arène a été aussi éblouissante que les autres éditions!» Ouain. Toujours pas assez d'action moi je dis. «Le gagnant est tout aussi éblouissant que l'arène: donnez le bienvenue à Alex Damian Artinkson!» Un nom plus imprononçable non? Je le vois entrer. Eurk. Pourquoi les gagnants doivent toujours être aussi moches? Aucun de ceux qui ont survécu jusque-là sont assez beaux pour que je les emmène dans mon appartement. Il arrive près de moi, et je lui serre la main. Non merci, pas de bise, je ne veux pas me faire contaminer plus que ça. «Donc, Alex, encore congratulations pour ta victoire! T'es le premier gagnant du District Trois. Je suis sûre que ta famille et ton District sont fiers de toi. Est-ce qu'il y a quelqu'un d'autre que ta famille qui t'attend chez toi? Un ami, une copine...» Quelle question de merde. La rédaction est vraiment nulle à chier. Je l'écoute répondre d'une oreille absente. Comme si je m'intéressais à la vie privée de ce mioche. «En parlant d'arène, est-ce que tu pensais que t'allais remporter cette édition?» Il n'y a pas de doutes. Ces questions sont achi-pourries. Mais bon. Je suis forcée de dire ces conneries. Soyez sûrs que la rédaction recevra de mes nouvelles très bientôt.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar






Le Couronnement (Édition 4) Empty
MessageSujet: Re: Le Couronnement (Édition 4)   Le Couronnement (Édition 4) EmptyJeu 25 Juil - 23:31

Je me préparais à l’interview, je venais de gagner. J’étais sorti, mais 11 autres avaient péris. Comment allais-je me remettre de ça? Mais comment… En plus, j’allais devoir revenir ici chaque années, pour apprendre, entre très gros guillements, comment se battre aux tributs de mon district. Ça ne me tentait pas, mais pas dutout, ça ne paraissait pas suffisament? Mais bon, au moins j’étais vivant, et j’allais pouvoir revoir mon frère. Il me manquait tellement. Dès demain, je pourrai retourner au district. Après ça, la tournée de la victoire, toute cette merde. Enfin bref, j’allais devoir aller saluer tout les districts, les uns après les autres. Même celui de Vaïo… Vaïo… C’est horrible comment il est mort. Vraiment. Et Cora. En fait, elle, je m’en fou un peu, mais aller du district 8, plutôt la mort.

C’était le moment, l’interview était sur le point de commencer. «Bonjour peuple de Panem! Cette année l'arène a été aussi éblouissante que les autres éditions!» Ce faux-cul qu’est Penelope Vanderson me tape royalement sur les nerfs. Je la sent pas, cette fille. C’est tout. J’aimerais tout simplement laisser tomber cet interview de merde, et retourner chez moi, revoir mon frère, et que tout redevienne comme avant. Mais hélas, rien je seras jamais plus comme avant… «Le gagnant est tout aussi éblouissant que l'arène: donnez le bienvenue à Alex Damian Artinkson!» Je dois m’avancer. Donc c’est ce que je fais. Je la salue, et lui serre la main, mais évite son visage. Je ne voudrais SURTOUT pas abîmer son merveilleux maquillage. Mais non, personne ne dois toucher à cette pauvre conne. Et ce n’est pas moi qui commencerai. «Donc, Alex, encore congratulations pour ta victoire! T'es le premier gagnant du District Trois. Je suis sûre que ta famille et ton District sont fiers de toi. Est-ce qu'il y a quelqu'un d'autre que ta famille qui t'attend chez toi? Un ami, une copine...» Toujours la même première question, années après années. Je l’aime décidément pas, cette poufiasse. «Merci bien, Mademoiselle Vanderson. En fait, je n’aime pas du tout mes parents, puisqu’on est ici pour se dévoiler, pourquoi ne pas le faire. Mais il y a mon petit frère, qui m’attend. Je suis plus qu’impatient de le revoir, oui.» Je déteste faire l’hypocrite comme ça, mais sinon, c’est mon frère qui paiera à ma place. Ils n’auront aucun scrupules à le tuer. D’ailleurs, je déteste royalement quand elle se met à me regarder comme ça.  «En parlant d'arène, est-ce que tu pensais que t'allais remporter cette édition?» Cette question. Ouais, elle la pose à chaque tribut. Vraiment, originalité zéro de sa part. «Je savais qu’à cause de ma stature, j’allais avoir une certaine chance. Mais nous savons tous que Drew, le gars du Deux, avait de bien meilleures chances. J’étais seul, et sans armes. Mais pourtant, j’ai remporté cette édition. Comme quoi tout est possible!» dis-je d’un ton relativement joyeux. Enfin, c’était pas de la vraie émotion, je ne me suis pas encore remit du choc après-arène. D’ailleurs, je pense que je ne m’en remetterai jamais…
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Couronnement (Édition 4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Anciens RP's-