-29%
Le deal à ne pas rater :
Sac de transport extensible pour chat et petit chien DADYPET
34.99 € 49.44 €
Voir le deal

Partagez
 

 The life is a bitch : Chapter Two.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar






The life is a bitch : Chapter Two.  Empty
MessageSujet: The life is a bitch : Chapter Two.    The life is a bitch : Chapter Two.  EmptyMar 14 Mai - 0:57

The life is a bitch : Chapter Two.  574901GaspardUlliel6

La terre s'était soudainement mise à trembler sans que je ne sache pourquoi. Cloitré dans cet abri, je ne voyais pas grand chose à vrai dire. Je sortais donc, histoire de jeter un petit coup d’œil de ce qui m'attendais à l'extérieur. Ce n'était probablement pas la miraculeuse apparition des carrières... Aux dernières nouvelles, le pouvoir de faire trembler la terre ne leur avait pas encore été accordé. Quelle ne fut pas ma stupéfaction lorsque je vis une coulée de neige dans les hauteurs des montagnes. Une coulée de neige descendre à vive allure. Si je restais là, j'allais me faire engloutir par cette avalanche. Mon cœur commença à battre comme jamais, probablement galvanisé par les menaces de mort de la part de dame Nature. Le sang pulsait dans mes veines. L'adrénaline me faisait quasiment omettre mon état de fatigue. A cet instant là, dans mon tête, un seul mot subsistait : survivre.

Je souhaitais vivre à tout prix. Perdre n'était pas une option. Perdre la vie en était encore moins une ! Diantre, Grant, cours ! J'eus tout juste le temps de me saisir de mon sac avant de me mettre à dévaler la pente comme si ma vie en dépendait. Parce qu'elle en dépendait réellement en fait. Je volais presque, me laissais même glisser pour gagner du temps, par moment. Plus vite Grant, plus vite, où sont donc passées ta force et ta vitesse ? Dans mon mal d'estomac de la veille et ma fatigue actuelle, j'imaginais. Quelle question stupide. Mon souffle commençait à se faire court. J'étais épuisé. Pas à cause de la course, dans des conditions normales, j'aurais pu faire dix fois cette distance sans en ressortir complètement affaibli. Mais le manque de sommeil, le manque de bonne nourriture et cette affreuse maladie m'avaient littéralement terrassé. Mes forces me quittaient lentement. Sadiquement.

Au bout d'un instant, j'arrivais finalement sur un sol un peu plus plat. La neige n'allait pas pouvoir continuer à me suivre si je m'éloignais d'avantage des montagne. Aussi décidais-je donc de continuer ma course aussi vite que mon corps crevé me le permettait. Grant, je jure que si tu meurs, je te tue ! Je n'arrêtais pas de jurer intérieurement. Je voulais vivre. J'allais vivre coûte que coûte ! Quitte à devoir affronter marées, carrières ou avalanches ! J'étais le génialissime Grant après tout ! Je jetais un rapide coup d’œil derrière moi. La neige avait arrêté de me poursuivre, aussi mes jambes entreprirent de ralentir d'elles-mêmes. Lorsqu'elles n'en purent plus, mon corps entier s'effondra sur le sol glacé. J'étais étendu, sans aucune grâce ni classe. Mon souffle était rapide et des gouttelettes de sueur perlaient de mon front.

Après quelques minutes d'un repos bien mérité, je décidais de me remettre sur mes jambes, histoire de s'éloigner le plus possible de l'endroit d'où je venais. Si j'avais dû fuir vers un coin aussi moisi, d'autres avaient probablement dû faire de même. Je restais ainsi le plus vigilant du monde, mes hachettes à présent dans mes mains et mes sens en alerte. Je repris donc une marche plus clémente, me permettant aussi de me reposer, contrairement à celle de la veille, toute en pente et d'autant plus crevante que la descente éclaire. Devant moi se dévoilait de la glace. De la glace à perte de vue. Rien qu'une énorme plaine gelée à n'en plus finir. Pas de végétaux, pas d'animaux. Juste moi, et la glace. Cette énorme étendue de glace hostile.
Revenir en haut Aller en bas
Président Clare

Président Clare

Président




Messages : 84

The life is a bitch : Chapter Two.  Empty
MessageSujet: Re: The life is a bitch : Chapter Two.    The life is a bitch : Chapter Two.  EmptyMar 14 Mai - 1:04

Un petit parachute tenant une boite d'acier tomba légèrement aux côtés de Grant O'Connor. Celui contient un Pic à Glace, suivit d'une miche de pain (1 portion nourrissante), avec une note ci-écrite: « Je vais peut-être te faire gagner, qui sait ? Mais tu me revaudra ça, et tu sais très bien de quelle manière. Je t'adore déjà !! Bisoux xox GOSSIP GURL.

Cece L. Fra
y »

Puisse le sort t'être favorable !
Revenir en haut Aller en bas
https://hungergamesrpg.forumactif.org
Invité

avatar






The life is a bitch : Chapter Two.  Empty
MessageSujet: Re: The life is a bitch : Chapter Two.    The life is a bitch : Chapter Two.  EmptyMar 14 Mai - 4:42

Je continuais de marcher. Marcher lentement et sereinement, aussi étrange que cela puisse paraitre. Les plaines glacées n'en finissaient pas. Mais bizarrement, ça ne me stressait pas non plus. Même la viande que j'avais laissé en haut de cette montagne me paraissait bien futile à ce moment précis. Et dieu seul savait à quel point j'en allais avoir besoin bientôt : je n'avais plus de nourriture et ces déserts de glace ne semblaient pas prêts de m'en offrir. Le silence qui m'entourait était apaisant plus que pesant. Au moins, je pouvais entendre un con beugler à des kilomètres à la ronde. Et donc par extension, entendre mes ennemis arriver s'ils ne se montraient pas discrets. De toutes façons, les carrières et le mot discret étaient fortement incompatibles. Il n'y avait qu'à regarder les séances d'entraînements pour voir qu'ils pétaient tous plus haut que leur cul, se foutant de la gueule de qui voulait bien passer devant leur très illustre personne.

Durant l'avalanche, plusieurs coups de canon avaient retenti. Un ? Deux ? Trois peut-être ? Pas beaucoup plus. Nous ne devions plus qu'être quatre ou cinq à tout casser. J'avais donc encore toutes mes chances de l'emporter... Je priais simplement pour que l'un des carrières soit mort. Voire deux même. Quoi ? Dans un enfer pareil, tout ce qu'il me restait, c'était mes rêves. Alors autant continuer de rêver. Évidemment, je gardais également ma dignité. Mais ma dignité n'allait pas m'empêcher de sombrer dans la folie, contrairement à mes rêves ! Enfin. Je ne voyais pas ça tant comme des rêves, mais plus comme des ambitions. Des buts. Des choses à accomplir en fait. "Rêver" c'était pour les gosses. Un terme un peu plus joli pour rendre la réalité un peu moins moche. Ouais. C'était exactement ça un rêve.

Soudain, j’aperçus un parachute auquel était attaché une boite métallique. Elle tomba pile devant moi, sur mon chemin. Un sponsor peut-être ? Enfin ma grandeur se faisait reconnaitre par le Capitole ! Il était temps ! A bien y réfléchir, avec si peu de candidats en lice, c'était effectivement le bon moment de prendre parti pour l'un d'eux. Si j'avais été sponsorisé préférentiellement au carrière tout en muscles du district deux, c'était que celui-ci devait être mort. Bonne nouvelle pour moi ! Mauvaise nouvelle pour lui. Je préférais néanmoins ne pas trop m'en réjouir. Après tout, avec les goûts tordus des capitoliens, on pouvait s'attendre à tout. J'ouvris la boite en acier pour y découvrir un pic à glace ainsi qu'une miche de pain. Au moins, j'allais pouvoir survivre un jour de plus sans crever de faim. Mais qu'est-ce qu'il voulait que je foute avec un pic à glace ? De la glace pilée peut-être ? Quoique le foutre dans l’œil d'un carrière devait être vachement efficace. Je parcourus rapidement le mot envoyé avec l'ensemble. Le seul mot qui me vint à l'esprit fut nymphomane, mais je pris quand même la peine de sourire aux téléspectateurs pour adresser un remerciement silencieux. Je n'étais pas un ingrat ! En attendant, une ressource essentielle me manquait toujours : l'eau. Ma brique de jus allait bientôt rendre l'âme. C'était l'affaire d'une ou deux gorgées supplémentaires.

Sans crier gare, un blizzard commença à déferler sur moi. Je rangeais donc rapidement ces nouvelles acquisitions dans ma besace, avant de rattacher une hachette à ma ceinture-manteau et de gardais l'autre bien en main. Juste au cas où un fou aurait décidé de s'aventurer dans cette merde de tempête pour se suicider et me tuer par la même occasion. Je sortais également le sac de couchage pour m'en servir comme d'une couverture. Mes défenses immunitaires ayant été amoindries par le mal de ventre de la veille, mon corps était actuellement nettement plus sensible au froid. D'ailleurs, ce n'était probablement pas que moi, puisqu'il faisait réellement froid. Pas étonnant le moins du monde, sachant que des bourrasques soufflaient à des vitesses folles et que des minis flocons fouettaient tout ce qui avait le malheur de s'aventurer par là. The life is a bitch.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







The life is a bitch : Chapter Two.  Empty
MessageSujet: Re: The life is a bitch : Chapter Two.    The life is a bitch : Chapter Two.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

The life is a bitch : Chapter Two.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Anciennes Arènes :: Arène Blanche [Édition 1] :: Zone 2-